Sofonisba
acrylique sur toile
36x30 pouces

Sofonisba Anguissola (1531/32/35 ? – 1626) est une peintre maniériste italienne spécialisée dans les portraits. Issue d'une famille de la petite noblesse de Crémone, son père, un humaniste imprégné de culture antique, encouragea ses six filles (mais pas son garçon!) à développer leurs talents artistiques. Deux d’entre elles, Sofonisba et Lucia (décédée prématurément), persévérèrent. L’accès aux études de nus en atelier leur étant interdit, leur père les mit en pension chez un peintre, en privé.

Plus tard, afin de promouvoir le talent de Sofonisba auprès d'une élite, il enverra ses autoportraits au pape et dans les différentes cours italiennes. À Michel-Ange aussi qui sembla reconnaître son talent. Invitée à la cour d’Espagne par le roi Philippe II, elle sera nommée dame d’honneur de la reine et peintre officielle de la famille royale. Elle y restera entre dix et vingt ans, selon les biographes. Très largement pensionnée, ce prestigieux emploi lui permettra de peindre toute sa vie.

Sofonisba occupe une place tout à fait particulière dans l’histoire de la peinture de son temps où elle ouvrit la voie à d’autres femmes peintres, comme Artemisia Gentileschi (qui, comme elle, fut oubliée parce qu’elle était une femme). Outre les nombreux autoportraits, ses œuvres marquantes sont celles qui valorisent l'expressivité. Elle parvient ainsi à capter l'indicible, en particulier chez les enfants. Par contre, elle ne put peindre que des modèles particuliers ou faire son autoportrait pour ne pas risquer de subir les foudres des autorités ou de l’Église.

Sa magnifique production artistique s’échelonne sur une longue période de sa vie, puisqu’elle semble avoir vécu près de 90 ans. Mariée une première fois, à 45 ans, à un noble sicilien de Palerme, elle finit ses jours à Gènes, la ville de son deuxième époux. Elle ne retourna jamais en Espagne.

Nombre des tableaux de Sofonisba Anguissola furent attribués à d'autres peintres du XVIe siècle. Ces erreurs ont été souvent corrigées mais des incertitudes subsistent, et les frontières de son œuvre restent imprécises. Plusieurs grands musées européens possèdent quelques-unes de ses toiles. Et même si les archives espagnoles la concernant ont brûlé dans l'incendie qui a totalement détruit l'Alcazar royal de Madrid, en 1734, on peut admirer ses portraits de la famille royale espagnole au célèbre Musée du Prado de Madrid.

Texte écrit par Mélanie Lefebvre, peintre, avec la précieuse collaboration de Liliane Blanc, historienne, auteure de quatre livres sur les créatrices dont Elles sont libres comme l'art paru en 2019.

Sofonisba

1 250,00C$Prix
  • Les frais de livraison seront fixés selon votre lieu de résidence.
    Envoyez-moi un courriel pour les détails : mel.lefebvre@videotron.ca