MARY
Acrylique sur toile
36x30 pouces

Mary Cassatt (1844 – 1926) est une peintre et graveuse américaine du mouvement impressionniste. Quatrième enfant d’une famille de sept, elle visite très jeune les musées et galeries d’art avec ses parents. Vivant dans la haute bourgeoisie, elle reçoit une très bonne éducation, et elle apprend, entre autres, le français. Elle descendait, d’ailleurs, d’une vieille famille d’émigrés français, les Cossart.
En 1860, Mary s’inscrit à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts of Philadelphia où elle apprend les rudiments du dessin et de l’anatomie. Cette formation ne la satisfaisant guère, elle fait quelques séjours en Europe où elle étudie avec plusieurs maîtres, avant de quitter le nid familial, en 1875, pour s’installer définitivement à Paris. Malgré l’opposition de ses parents, elle veut devenir « une artiste, une vraie artiste ».

Mary atteindra progressivement la notoriété. Elle expose d’abord au Salon de Paris, avant de faire la connaissance de Degas, qui lui suggère de rejoindre le groupe des Impressionnistes lors de leur 4e Exposition, en 1877. Elle y retrouve Berthe Morisot, l’un des membres fondateurs du mouvement avec Renoir, Monet, Cézanne et d’autres. Ses parents et sa sœur Lydia s’installent auprès d’elle. C’est le début de ses portraits intimistes, notamment de jeunes enfants.

Coloriste remarquable et dessinatrice hors pair, la critique se montre élogieuse à son égard, soulignant ses compositions soignées, mélanges de scènes d’intérieurs et de portraits. Entre 1890 et 1910, Mary est au sommet de son art, influencée de plus en plus par le post-impressionnisme. On dira de son travail qu’il est une « synthèse heureuse entre l'ascétisme de la gravure japonaise et l'abondance de coloris de sa période impressionniste, évoluant au gré de son humeur entre ces différentes tendances ». Degas, très admiratif, mais souvent de caractère grognon, aura un compliment ultime sur elle : « Je n’admets pas qu’une femme dessine aussi bien ! ».

Mary, par choix, ne se mariera jamais et n’aura pas d’enfant. Cette liberté lui aura permis non seulement d’être peintre, mais aussi d’exercer l'activité d'agente et de conseillère de grands amateurs de peinture, dont des Américains qui aideront à faire connaître le mouvement impressionniste dans leur pays.

Diabétique et atteinte de cataracte, elle cesse de peindre en 1914. Six ans plus tard, elle devient complètement aveugle. Elle meurt en 1926. Ses tableaux, souvent reproduits, sont présents dans les grands musées américains et parisiens. Ils font l’objet de nombreuses expositions.

Texte de Liliane Blanc, historienne, auteure de quatre livres sur les créatrices, dont #Ellessontlibrescommelart, paru en septembre 2019 où l'on retrouve tous les tableaux en peinture de Mélanie et les écrits de Liliane.

Mary

1 250,00C$Prix
  • Les frais de livraison seront fixés selon votre lieu de résidence.
    Envoyez-moi un courriel pour les détails : mel.lefebvre@videotron.ca